entete

Témoignages

Cher Docteur Visée,

Je tenais vraiment à vous remercier pour votre accompagnement et l’aide que vous nous avez apportée en fin de vie de Nioufi.
Nous n’avions pas vu vieillir notre petit compagnon, jusqu’au jour où elle ne voulait plus manger…
Nous avons alors eu la chance de vous connaître et pouvoir communiquer avec Nioufi…
Son message était qu’elle était prête à partir, mais qu’elle attendait que moi je l’accepte. Elle ne soufrait pas et n’avait pas peur.

Macintosh HD:Users:jacquelinepira:Documents:Contenu disque externe:Nounou:La mer + POL + Niouniou 056.jpg

Les échanges étaient doux et calme, m’apportant peu à peu cette acceptation de la séparation.
Grace à vous docteur, j’ai aussi pris conscience des messages que m’envoyait Nioufi par son comportement au quotidien, confirmant que le temps était venu pour elle de continuer sa route, riche de sa vie passée auprès de nous.
Merci vraiment docteur, grâce à vous j’ai pu comprendre, accepter et surtout la remercier et lui dire au revoir…
Cela n’enlève rien à la tristesse de la séparation, mais cela permet de vivre le deuil sans drame… dans le respect de l’ordre de la vie.
Merci !

Jacqueline.

ligne

J'ai déjà fait appel à Isabelle Visée pour faire des communications télépathiques avec mes animaux: chiens et chevaux.
Pour ma part, je trouve que la communication télépathique apporte beaucoup dans la compréhension de ses animaux, on est mis face à ses propres représentations, émotions.
La relation est renforcée, l'animal est pris en compte pour ce qu'il est et non plus pour ce que l'on croit qu'il est!!
La communication est une aide précieuse pour tous les propriétaires d'animaux qui veulent avoir une vraie complicité avec leur animal.
Grâce à Isabelle et à cette communication, ma vision de mes animaux (que ce soit mon chien ou mes chevaux) à évolué, elle s'est trouvée modifiée. J’ai compris que la seule vision de l'être humain ne permettait pas de savoir ce que l'animal ressent ni comment il se voit dans cette relation.

Brice

ligne

L’occasion s’est présentée de recueillir un chat. Sa famille voulait s’en séparer. Mais c’était un chat adulte de 3 ans et je ne l’avais vu qu’en photo. Comment savoir si nous allions nous entendre ? Est-ce qu’il allait se plaire avec moi ? J’étais soucieuse d’autant que je vivais à l’époque dans un minuscule appartement. Isabelle a été un intermédiaire entre nous. Elle lui a expliqué la situation et lui a demandé s’il acceptait de venir chez moi. Il était un peu inquiêt, mais d’accord. Le fait de savoir que le chat comprenait la situation à été un élément facilitateur. Depuis maintenant plusieurs années, chaque jour partagé avec lui est un vrai bonheur.  Isabelle a vraiment su me rassurer au moment où j’en avais besoin.

Laurence

ligne

Mon chat a été terrorisé par la venue du chien de ma sœur que je gardais pendant ses vacances. Un golden retriever très gentil, mais un monstre pour le chat qui s’est caché et roulé en boule dans un coin de la maison. Embétée par la situation, j’ai apppelé la communicante animalière dont j’avais entendu parler. Grace à ses conseils et à sa discussion avec les deux animaux. Nous avons trouvé un terrain d’entente. L’étage a été réservé au chat et le rez au chien. Le matou à compris que le « monstre » était inofensif et ne le mangerait pas tout cru. Ils ne sont pas devenus les meilleurs amis du monde, mais l’harmonie est revenue dans la maison.

Françoise

ligne

Isabelle,
Voici un petit temps que je ne t’ai pas donné de nouvelles. Depuis que tu as communiqué avec William la première fois, beaucoup de chose ont changé pour nous. Pour rappel, le chat poussait des miaulements d’agonie insupportables dès que je m’approchais de la cuisine. Il t’a parlé. Et tu m’as expliqué qu’il voulait exprimer la colère et les émotions que je ressentais moi-même et que je refusais de reconnaître et de verbaliser. De plus, dans cette maison il ne pouvait pas sortir et ne parvenait pas à évacuer les tensions qu’il ressentait.

Nous avons déménagé et William peut désormait entrer et sortir dans le jardin à sa guise. Il ne miaule maintenant que pour me dire qu’il a faim. De mon côté, j’ai réalisé un solide travail sur moi pour comprendre et résoudre les dilemmes intérieurs. Cela a pris du temps et tout n’est pas encore réglé, mais je me sens aujourd’hui bien mieux dans ma vie qu’à l’époque.
Comme tu me l’as dit, William poussait les cris que je ne parvenais pas à faire sortir. Il voulait m’aider et c’est ce qu’il a fait, avec ton aide.
C’était une expérience étonnante qui nous a tous les deux enrichi.
Merci à toi.

Sara